7 principes pour une bonne alimentation selon l’Ayurvéda

En Ayurvéda, l’alimentation est essentielle : comme les massages, le yoga ou la phytothérapie, elle fait partie des pratiques qui peuvent contribuer à maintenir une bonne santé… Ou au contraire, la dégrader !

Il serait vaste et complexe de vous expliquer en un article toutes les possibilités de recettes, d’épices et de bonnes pratiques préconisées. Mais si vous comprenez et adoptez déjà les sept principes suivants, vous aurez fait un pas de géant !

1 – S’adapter à son dosha

Comme je l’expliquais dans un autre article, l’Ayurvéda considère que chaque individu est dominé par un ou deux dosha : Vata, Pitta ou Kapha ou une combinaison de deux doshas comme Vata-Pitta, Kapha-Vata, etc. Ainsi, votre alimentation doit s’adapter à ce profil ayurvédique ou au déséquilibre présent : en cas d’équilibre, une alimentation variée, saine et diversifiée sera recommandée, tout en veillant à s’adapter à la saison en consommant des produits frais, locaux et de saison et en privilégiant des aliments qui sont pacifiant pour votre ou vos doshas dominants.

Si je suis Pitta dominant, je vais privilégier une alimentation fraîche, douce, aux saveurs amères et astringentes.

En cas de déséquilibre, il faut manger des saveurs qui vont venir contrebalancer les effets du dosha en excès.

Par exemple, si j’ai un excès de Vata, je vais manger de quoi pacifier ce dosha, soit une nourriture réconfortante, chaude, aux saveurs douces, salées et acides.

2 – Soigner son feu digestif

En Ayurvéda, l’alimentation doit aussi prendre soin d’Agni, notre feu digestif, qui est chargé du bon fonctionnement de notre digestion. Comme les doshas, il doit être ni trop fort, ni trop faible. Or, Agni varie selon ce que l’on mange, mais aussi selon notre état de santé (par exemple, si l’on est enceinte), le moment de la journée, l’âge, etc. 

Pour prendre soin de lui, votre arme principale, ce sont les épices, qui ont une belle place dans la cuisine ayurvédique : cumin, coriandre, anis… On peut aussi faire attention aux heures des repas. Par exemple, on conseille de faire le repas principal à midi, car c’est le moment où Agni est le plus puissant. 

3 – 6 saveurs ayurvédiques

L’alimentation ayurvédique classe tous les aliments en 6 saveurs (rasa) : sucré, acide, salé, piquant, amer et astringent. Chaque saveur est plus ou moins conseillée selon votre dosha. Par exemple :

  • un dosha Vata doit privilégier les saveurs sucrées, salées, acides : blé, lentilles, fromage, viande… 
  • un dosha Kapha doit privilégier les saveurs piquantes, astringentes et amères : légumes à feuilles, endives, légumineuses, aubergines… 
  • un dosha Pitta doit plutôt se tourner vers des saveurs sucrées, amères et astringentes : blé, lentilles, légumineuses, légumes à feuilles… 

4 – Manger de saison

La nutrition ayurvédique préconise des saveurs, mais l’idée n’est pas d’aller chercher des aliments bizarres à l’autre bout du monde : au contraire, l’Ayurvéda considère que la nature donne ce qu’il faut manger, quand il faut le manger. Autrement dit : on cuisine avec des produits locaux et de saison !

5 – Cuisiner en toute simplicité

Côté recettes, on est dans ce même objectif de simplicité ; pas besoin d’une ribambelle d’ingrédients, quelques aliments locaux bien choisis suffisent. Par contre, la préparation a son importance : selon si vous mangez cuit ou cru, chaud ou froid, mixé ou entier, la propriété attribuée aux aliments n’est pas la même.

6 – Compléter avec des épices

Si les recettes sont souvent très simples, ce sont les épices qui permettent de varier les plaisirs et d’accentuer l’effet sur vos doshas ou votre feu digestif. Les épices à utiliser sont diverses : cumin, coriandre, curcuma, cardamome, gingembre… Ce sont surtout leurs proportions qui définissent précisément leurs effets. 

7 – Manger et cuisiner en tranquillité !

En Ayurvéda, la recette la plus saine du monde est déconseillée si elle est mangée debout, en vitesse, sans envie, à des heures bizarres. On considère que l’état d’esprit et l’hygiène de vie comptent autant que le repas en lui-même ! Alors on adopte des règles simples : manger assis, sans distraction, à heures fixes, et ne pas se forcer si l’on a pas faim ou si l’assiette ne nous fait pas envie. 

En d’autres termes, suivre tous ces principes d’alimentation, c’est très bien, mais n’oubliez jamais de prendre en compte vos envies : en Ayurvéda, le plaisir est aussi un facteur de santé !