Ayurveda et cycle menstruel : explications et conseils !

Maux de tête, humeur dégradée, digestion en berne, fatigue, syndrome pré-menstruel intense… On a toutes pu l’expérimenter : si les règles ne sont pas une maladie, ses symptômes sont parfois tout aussi invalidants !

Or, pour l’Ayurveda, un cycle menstruel qui dégrade excessivement votre vie est la traduction d’un déséquilibre des doshas, dû à la fois au cycle qui se déroule mais aussi au dosha qui domine votre constitution. Je vous explique ici ce qu’il se passe dans le corps pendant votre cycle menstruel selon l’Ayurveda, et la manière dont vous pouvez adapter votre vie quotidienne à l’étape de votre cycle.

Qu’est ce que le cycle menstruel selon l’Ayurveda ?

En Ayurveda, on considère que le cycle menstruel est divisé en trois phases, chacune dominée par un dosha.

  • Pendant les menstruations et un peu avant, c’est le dosha Vata, responsable du mouvement, qui est sollicité pour éliminer l’endomètre.
  • À la fin des règles, c’est Kapha, le dosha de la stabilité, responsable notamment de la sécrétion d’œstrogènes, qui prend le relai pour reconstruire l’endomètre et faire maturer les follicules. C’est le moment où l’on est solide et où l’on a de l’énergie ! 
  • Pendant l’ovulation et jusqu’aux prochaines règles, c’est Pitta, le dosha de la transformation, qui domine. En aidant à la sécrétion de la progestérone, il aide à libérer l’ovocyte.

Chaque femme étant, par nature, dominée par un ou plusieurs doshas, chacune d’entre nous vit son cycle différemment… Et le vit mal lorsque les doshas sont trop déséquilibrés. Les pratiques sont donc à adapter en fonction de votre profil et de ce que vous ressentez !

Pendant les règles : équilibrer son dosha Vata

Les menstruations étant dominées par le dosha Vata, le risque pendant cette période est son excès, et les symptômes qui peuvent en découler : fatigue, maux de tête, troubles digestifs… Pour s’équilibrer, le dosha Vata a alors besoin de repos, de routine, de calme. C’est ainsi que l’on conseille, notamment en cas de  syndrome pré-menstruel intense, d’adopter plusieurs pratiques :

  • Rythme de vie : prendre du temps pour soi, se décharger de certaines responsabilités.
  • Activité physique : privilégier les pratiques douces, comme la marche ou certaines respirations (pranayamas). Si l’on fait du yoga, éviter les postures inversées ou celles qui appuient sur l’abdomen !
  • Alimentation Vata : elle doit être légère et nutritive, avec du cuit et du chaud, des huiles de sésame ou d’olive, des protéines, de la cannelle, du gingembre…
  • Infusion conseillée : on privilégie les plantes douces chauffantes et favorisant une bonne digestion comme par exemple, fenouil, cumin, fenugrec, gingembre, cardamome, coriandre, réglisse, thym, cannelle, camomille.
  • Pour remédier à la sécheresse de la peau, les auto-massages sont conseillés.

Après les règles : équilibrer son dosha Kapha

À la fin de vos règles, votre corps reconstruit l’endomètre, développe le follicule… C’est le moment où domine le dosha Kapha, et son déséquilibre se traduit par une sensation de lourdeur. Pour l’équilibrer, il faut se mettre en activité, stimuler la circulation sanguine et la transpiration, en adoptant plusieurs pratiques :

  • Rythme de vie : les maitre-mots sont activité et dynamisme !
  • Activité physique : ne pas hésiter à adopter des pratiques qui font transpirer comme un yoga dynamique, du jogging…
  • Alimentation Kapha : du chaud et du dynamisant, comme des légumes à feuilles, des céréales complètes…
  • Infusions conseillées : Gingembre, curcuma… Tout ce qui stimule !

Au moment de l’ovulation : équilibrer son dosha Pitta

Au moment de l’ovulation, c’est la fête des hormones, qui vont aider à libérer l’ovocyte et épaissir l’endomètre. Si Pitta est en déséquilibre, on est alors dans des symptômes liés à une forme « d’embouteillage » du corps : irritation cutanée due à l’accumulation de toxines dans le foie ou le sang, ballonnement, diarrhées… Plusieurs pratiques peuvent alors vous aider :

  • Rythme de vie : L’énergie va diminuer petit à petit, on cherche donc à aller vers l’apaisement. On arrête de dire oui à toutes les propositions !
  • Activité physique : elle doit rester dynamique mais apaisante ; par exemple, des postures de yoga debout.
  • Alimentation : très variée et riche en végétaux. Et comme je l’expliquais dans cet article sur l’alimentation ayurvédique, les épices jouent un rôle important : ne pas hésiter à utiliser des épices anti-oxydantes comme le curcuma, le cumin, le gingembre… 
  • Infusion conseillée : Là encore, miser sur un antioxydant comme le le curcuma, le safran, …

Ne pas hésiter à consulter

Pour finir, il me semble important de rappeler que si certains moments de votre cycle sont très douloureux voire invalidants, c’est peut être le signe d’une pathologie gynécologique à identifier et traiter. Dans ce cas-là, il faut consulter !