Devenir père : conseils de l’Ayurvéda pour les papas

Jeunes papas, sauf grosse révolution biologique, vous n’accouchez pas ; et pourtant, vous avez un rôle essentiel dans tout le processus de natalité, de la grossesse au post-partum, qui ne se limite pas à la conception ! Alors pour vous aussi l’Ayurvéda a tout un tas de conseils pour devenir père dans la sérénité et le bonheur.

Avant la grossesse : se préparer en duo

Comme je l’expliquais dans l’article sur la grossesse, l’Ayurvéda considère que la parentalité commence bien avant que la femme ne tombe enceinte. La première étape, quelques mois avant la grossesse, est donc de préparer les corps et les esprits de l’homme et de la femme à concevoir un enfant… Et en tant que père, vous êtes largement associé à cette préparation : non seulement votre corps aussi doit être en forme pour concevoir un beau bébé, mais en plus, vous êtes tout aussi soumis aux angoisses liées à la parentalité que votre compagne !

Ainsi, quelques pratiques ayurvédiques peuvent être adoptées en duo :

  • La consommation de plantes qui stimulent les organes reproducteurs, comme l’angélique, la férule persique, les clous de girofle, l’ail, le ginseng, la rose, le safran, ou encore l’ashwaganda.
  • Une hygiène de vie saine (alimentation notamment) pour préparer le corps et le mental
  • Des pratiques de soin : yoga, méditation, massages…
  • Vous pouvez même apprendre des mouvements simples du massage ayurvédique, pour pouvoir soulager votre compagne avant, pendant et après l’accouchement !

Rencontrer son bébé avec l’haptonomie

L’haptonomie est une discipline qui consiste à toucher le ventre de la femme enceinte, le caresser, et lui parler, pour communiquer avec le bébé in utero et lui apprendre à se déplacer. Elle se pratique à trois : le père, la mère, et une personne formée qui vous guide. Vous apprenez ainsi un certain nombre de gestes, qui peuvent être reproduits à domicile.

En tant que père, l’haptonomie permet donc d’établir une communication avec le bébé avant l’accouchement, et d’être intégré bien avant la naissance. Et le jour de l’accouchement, tous ces gestes que vous aurez appris peuvent se révéler précieux : ils pourront guider le bébé et soulager votre compagne ! Cette pratique n’est pas purement ayurvédique, mais tellement importante et qualitative, qu’elle a toute sa place dans les recommandations pour les futurs papas !

Post-partum : le père, aidant en chef !

Comme je l’expliquais dans l’article sur le post-partum, en Ayurvéda, les 40 jours qui suivent l’accouchement sont vus comme un « mois d’or » pour la mère – soit un moment où elle doit se reposer au maximum. C’est ainsi qu’en tant que père, vous êtes en première ligne : vous pouvez non seulement prendre en charge des tâches pratiques (changer, nourrir, cuisiner…), mais aussi coordonner tous les voisins, amis, famille qui voudraient donner un coup de main.

Et puis, vous pouvez être là pour rassurer et épauler. Pour ça, l’accompagnement en amont vous donne des clés précieuses : massages, caresses, rituels, méditation, postures de yoga… Autant de pratiques qui peuvent soulager votre compagne et vous aider à créer un lien avec votre enfant.

Pour résumer, en Ayurvéda, ce n’est pas parce que vous ne portez pas l’enfant que vous n’avez pas de place dans la grossesse et le post-partum : au contraire, vous êtes un pilier précieux pour créer calme, équilibre et tranquillité dans le foyer.

Et comme un bon exemple vaut mieux qu’un milliard de paroles vaines, je vous laisse sur le compte Instagram de Nicolas et ses Chroniques de papa, qui, pour moi, a tout compris à comment devenir père !