5 conseils de l’Ayurvéda pour une grossesse sereine

Nausées, douleurs, angoisses… Si la grossesse est un grand bonheur, c’est aussi un bouleversement profond pour le corps et l’esprit. Mais par l’alimentation, le mode de vie, le yoga, les massages, l’Ayurvéda peut aider à atténuer ces désagréments, pour vivre une grossesse sereine.

1. La préparation à la grossesse, c’est la clé !

En Ayurvéda, avoir un enfant commence bien avant de tomber enceinte. Comme des sportifs, la femme et l’homme doivent préparer leur corps et leur esprit à cette aventure, en se purifiant et en tonifiant leurs organes reproducteurs. 

Cette première étape est cruciale et comprend des pratiques ayurvédiques diverses. Un thérapeute peut vous conseiller une cure de nettoyage, de purification, de purge, qui détoxifie le corps. Des plantes peuvent aussi donner de la vitalité aux systèmes reproducteur de l’homme et de la femme : l’Angélique ou la Férule persique par exemple. Le massage pré-conception est aussi un moment clé pour se préparer à accueillir un enfant : il améliore la circulation sanguine, régule les hormones, stimule la fertilité détoxifie l’organisme, tout en libérant les tensions et les blocages. Et il peut être partagé avec le futur papa !

2. De la routine pour son Vata

Comme je l’expliquais dans cet article, Vata est le dosha le plus sollicité pendant la grossesse. Alors on adopte un mode de vie qui le nourrit – soit un mode de vie fait de routine, de calme, de douceur, d’ancrage. Ça passe d’abord par l’alimentation : Vata veut du doux du chaud. Privilégiez par exemple les légumes verts à feuilles, les céréales, les oléagineux. Mais Vata veut aussi un mode de vie stable, routinier. Des pratiques comme le yoga ou les pranayamas peuvent le favoriser s’ils sont adaptés : respirations fluides et sans rétention, postures de yoga immobiles et sans forcer…

3. À chaque petit maux sa solution ayurvédique

Nausée, mal de dos, hormones, digestion difficile : les grossesses recèlent de petits maux normaux et sans gravité – mais qui peuvent vite devenir désagréables. Pour les adoucir, l’Ayurvéda propose des petites et grandes solutions, par exemple :

  • Pour les nausées, un tisane de gingembre ou de cumin peut calmer l’estomac 
  • Pour les vergetures et les douleurs articulaires, un massage à l’huile de sésame est tout indiqué 
  • Pour mieux dormir et digérer, de la camomille matricaire peut-être prise en tisane 


Attention cependant : les plantes sont puissantes et certaines, comme la sauge, sont clairement déconseillées pendant la grossesse. C’est tout l’intérêt d’être accompagné : un herboriste ou un thérapeute ayurvédique connaissent les pratiques adaptées à votre état. 

4. Cultiver les bons sentiments

En Ayurvéda, on considère que le fœtus peut ressentir les émotions de la mère. Ainsi : pour permettre à son petit de se développer correctement, la femme enceinte est invitée à prendre le temps de se soigner, et doit surtout s’épargner. La philosophie de l’Ayurvéda propose bien sur des soins, mais conseille plus largement de limiter tout ce qui peut fatiguer ou tendre : le stress, un travail prenant, des déplacements, des efforts physiques… Reposez-vous, détendez-vous !

5. S’entourer de professionnels

Ces conseils restent indicatifs, car l‘Ayurvéda est un système qui s’adapte à votre profil et vos doshas. C’est bien la connaissance de ce système complexe qui permet un accompagnement personnalisé et efficace en combinant les pratiques : massages, yoga, alimentation, méditation, pranayamas… Vous ne risquez rien à suivre quelques conseils ayurvédiques simples trouvés sur Internet, mais pour un véritable accompagnement, je ne peux que vous inviter à vous tourner vers un thérapeute !