Les plantes de l’Ayurvéda, pour nous les femmes

Être une femme, c’est super, mais c’est aussi parfois… Compliqué : règles douloureuses, envie de pleurer toutes les larmes de son corps pendant son syndrome prémenstruel, maux de ventre, infections urinaires, libido en berne, fibromes, endométriose…

Pour faire face naturellement à tous ces maux, les plantes prescrites en Ayurvéda sont précieuses. Il y en a plein, mais je vous présente ici 5 plantes que j’utilise souvent pour prendre soin des femmes.

Attention : ce n’est pas parce que ce sont des plantes qu’elles sont inoffensives. En cas d’endométriose par exemple, certaines peuvent même aggraver votre déséquilibre… C’est pourquoi je le rappelle : consultez pour avoir des prescriptions conformes à votre profil ! 

1 – Le Shatavari, la star de l’Ayurvéda au féminin

Shatavari, ou asparagus racemosus en latin, est la star des plantes pour prendre soin de l’appareil reproducteur féminin. Shatavari signifierait d’ailleurs « la femme qui a cent maris » – voilà qui en dit long sur la force qu’elle donne aux femmes…

Elle a tous les pouvoirs : elle régule les hormones, permettant de soulager un syndrome pré-menstruel intense et les effets de la ménopause, d’aider à l’allaitement, à la fertilité et à la libido, de lutter contre la sécheresse vaginale ou les infections urinaires, de réguler le stress et l’anxiété…

Comment l’utiliser ? On la trouve sous forme de poudre dans les magasins ayurvédiques. Pour l’ingérer, on peut la préparer diluée dans du lait, ou en gélules.

2 – L’Ashwagandha, pour la libido et la ménopause

Autre star de la pharmacopée de l’Ayurvéda pour les femmes : l’Ashwagandha, ou Withania somnifera. Surnommée le « ginseng indien », elle est adaptogène, c’est-à-dire qu’elle adapte son action à plusieurs maux. Elle agit notamment sur la libido (elle est aphrodisiaque), tonifie les organes reproducteurs, régule les hormones… Et elle est par exemple souvent prescrite pour soulager les symptômes de la ménopause. 

Comment l’utiliser ? On la prend souvent en cure, en décoction ou en gélule par exemple. Attention : comme elle agit sur la thyroïde, elle est formellement déconseillée aux femmes enceintes ou atteintes de maladies de la thyroïde.

3 – Le Framboisier, pour tonifier l’utérus

Le Framboisier, ou Rubus idaeus, est une autre plante que je prescris beaucoup aux femmes. Comme le Shatavari, les feuilles de framboisier ont une action assez globale : elles régulent le cycle aux différents stades de la vie (ménopause, grossesse, allaitement…), nourrissent le plancher pelvien, tonifient l’utérus… Et elles sont même antispasmodiques (pour lutter contre les douleurs des règles). 

Comment l’utiliser ? On cueille les jeunes feuilles (avant floraison), et on les utilise séchées en infusion, fraîches en décoction, ou en teinture.

4 – L’Achillée millefeuille, pour stimuler le flux sanguin

L’achillée millefeuille, ou Achillea Millefolium, est aussi une grande alliée des femmes. Notamment pour les désordres du cycle menstruel (pas de règles par exemple), mais aussi pour en soulager les douleurs. Elle agit aussi entre autres sur le foie et la digestion. 

Comment l’utiliser ? Elle se consomme en infusion ou en teinture mère, voire en usage externe pour les spasmes par exemple. 

5 – L’Alchemille, pour les douleurs des règles

L’Alchémille,ou Alchemilla vulgaris est aussi une grande classiques des plantes administrées aux femmes : elle raffermit les muqueuses (y compris dans l’utérus), elle équilibre le cycle menstruel. Elle agit notamment comme la progestérone – ce qui permet d’aider quand on a des règles trop abondantes, douloureuses ou un syndrome pré-menstruel intense. Elle a aussi une action anti-inflammatoire et peut donc parfois être prescrite en cas d’endométriose.

Comment l’utiliser ? Elle peut s’utiliser en teinture mère ou en infusion. Souvent, on la prescrit par courtes cures pendant des moments précis du cycle.